Héroïnes pour demain et après

Type : Nouvelles
Genre : Science-fiction
Couverture : Hubert de Lartigue
Parution : septembre 2019 / Editions Voy'[el]
Format : papier

Sommaire :

Ces héroïnes (au caractère bien trempé), ce sont celles imaginées par Patrice Verry et réunies pour la première fois dans ce recueil. Venez découvrir, à travers l’espace et le temps, les aventures riches en rebondissements de ces femmes hors du commun, qu’elles soient pilotes de gigantesques vaisseaux spatiaux, exploratrices de planètes primitives, victimes ou instigatrices de complots tortueux… Les sept nouvelles proposées ici vous entraîneront dans un futur qui ne vous laissera pas indifférents.

Video de présentation sur Facebook

L’adrénaline, je ne sais pas ce que c’est !
Une seule chose compte lorsque j’attends ma cible : l’arme. Si le mécanisme a été huilé, la lunette soigneusement montée, les munitions vérifiées et le chargeur enclenché, je peux oublier jusqu’aux battements de mon cœur. Je peux oublier que je suis une femme et que je suis payée pour ôter la vie.
Dans ce travail, il n’y a pas de place pour la peur, l’excitation, ni tout autre sentiment parasite. Seules subsistent la concentration, la précision des gestes, la détermination. C’est un métier parfait. Il ne peut y avoir d’erreur. Ou plutôt : il suffit d’une pour vous mettre au chômage. Définitivement.
J’ai trente-quatre ans, dix missions à mon actif, mais aujourd’hui, allongée sur le ventre dans la poussière de cette mansarde, les yeux fixés sur la ruelle par l’entrebâillement des persiennes, je sais qu’il n’y aura pas d’autres occasions. La pression des genoux de l’inconnu sur mes reins me dissuade de faire un seul geste. À la base de mon crâne, il y a la mort. C’est dur, métallique et le calibre importe peu. Un petit déplacement du doigt de mon agresseur suffira pour que ma cervelle et mon sang éclaboussent le sol. Serai-je consciente de cette fraction de seconde au cours de laquelle je mourrai ? Cette question purement rhétorique est dominée par une autre, d’ordre plus pratique :
Pourquoi suis-je encore en vie ?