Ce qui grignotait le fond de l’univers

C’est le titre de mon prochain roman, un space opera temporel de la mort qui tue !
Je viens d’en terminer les corrections (950 000 signes ce n’est pas rien), et il va maintenant passer dans les mains d’un relecteur, qui va sans doute voir toutes les c… bêtises qui m’ont échappé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *